Nous serons fermés lundi le 24 juin. Bonne fête nationale du Québec!

Mieux comprendre la leptospirose

Mieux comprendre la leptospirose
La leptospirose est une maladie dangereuse dite zoonose, signifiant qu’elle peut se transmettre de l’animal à l’être humain. Les symptômes ne sont pas toujours faciles à discerner, et les méthodes de prévention et de traitement sont parfois méconnues. Pour mieux comprendre cette maladie et la prévenir, nous répondons à 8 questions fréquemment posées sur la leptospirose.

 

  1. Qu’est-ce que la leptospirose ?

La leptospirose est une maladie infectieuse causée par la bactérie Leptospira interrogans. Il existe plusieurs souches de cette bactérie que l’on appelle sérovars. Cette bactérie résistante peut survivre longtemps à l’extérieur dans un environnement chaud et humide. Le risque de contracter cette maladie est plus présent au printemps et à l’automne, lors des importantes périodes de pluie. On la retrouve principalement dans les eaux stagnantes contaminées par l’urine des animaux sauvages. Plusieurs espèces d’animaux peuvent porter cette bactérie, mais on la rencontre plus souvent chez le rat, la souris, la mouffette, le raton laveur et plus rarement chez la vache, le porc, le cheval et le chien.


  1. Comment se transmet la leptospirose ?

La transmission de la maladie peut se faire par contact direct ou indirect avec un animal porteur. Elle se transmet principalement par un contact direct avec de l’urine, mais aussi par l’entremise de morsures ou l’ingestion de tissus contaminés. Le chien pourrait aussi contracter la maladie en ingérant de l’eau ou du gazon, des feuilles, souillés d’urine infectée. La bactérie pourrait aussi entrer dans le corps de l’animal par des blessures ou irritations au niveau de la peau.


  1. Comment agit la bactérie de la leptospirose dans l’organisme du chien ?

Une fois exposée, la bactérie entre rapidement dans la circulation sanguine de l’animal pour atteindre différents organes. Elle s’attaque principalement aux reins, au foie, à la rate, aux yeux, au système nerveux central et au tractus urogénital. Les symptômes varient d’un chien à l’autre selon le  sérovar en cause, sa virulence, l’âge et l’immunité de l’animal. Certains animaux peuvent être porteurs de la maladie sans avoir de symptôme, mais ils transmettront quand même la bactérie par leur urine.


  1. Quels sont les symptômes de la leptospirose chez le chien ?

Les principaux symptômes que l’on retrouve chez le chien sont de nature assez générale, ce qui rend la maladie plus difficile à diagnostiquer. Le chien développera les premiers signes entre 4 à 12 jours suivant l’exposition. Nous pourrons noter parmi les principaux symptômes :

  • Une perte d’appétit,
  • Des vomissements,
  • De la diarrhée,
  • De la fièvre,
  • De la léthargie,
  • Des faiblesses ou des difficultés à se déplacer.

Peu de temps après, de nouveaux symptômes se rajouteront soit une augmentation de la soif et de la quantité d’urine, des conjonctivites, des douleurs musculaires et de la jaunisse. Ces derniers symptômes indiquent une insuffisance rénale ou hépatique. C’est une maladie avec un haut taux de mortalité ou qui peut laisser de graves séquelles au chien, c’est la raison pour laquelle il faut la traiter rapidement.


  1. Comment diagnostiquer la leptospirose ?

Il existe différents tests que les vétérinaires peuvent faire pour diagnostiquer la maladie et évaluer les organes atteints. L’insuffisance rénale ou l’insuffisance hépatique sont détectables à l’issue d’analyses sanguines. Une analyse d’urine pour voir les dommages rénaux de l’animal. Un test mesurant le taux d’anticorps contre la leptospirose dans le sang du chien donnera le diagnostic final. Malheureusement, le taux d’anticorps peut mettre d’une à deux semaines avant d’être suffisamment élevé pour être détecté. Le vétérinaire recommande souvent un deuxième test deux à quatre semaines plus tard pour confirmer la présence de la maladie.


  1. Peut-on traiter la leptospirose ? Si oui, comment ?

Il est possible de traiter la leptospirose, mais elle nécessite aussi beaucoup de soins de support. L’administration d’antibiotiques se fait par voie orale ou intra-veineuse, dépendamment de la condition de l’animal. Il est nécessaire d’hospitaliser un chien atteint de leptospirose et de lui administrer des fluides intra-veineux pour corriger sa déshydratation et pour minimiser les dommages au niveau des reins. D’autres médicaments peuvent s’ajouter, comme des antiémétiques et des protecteurs de muqueuse de l’estomac pour aider l’animal à recommencer à manger. Dans les cas très sévères de la maladie, l’hémodialyse et les transfusions sanguines sont possibles. Le traitement est long et il arrive que l’animal décède malgré tous les soins prodigués. Il n’est pas rare que les chiens ayant survécus à la leptospirose gardent des séquelles permanentes.


  1. Comment prévenir la leptospirose ?

Plusieurs mesures peuvent aider à prévenir la maladie, mais la principale est la vaccination chez le chien. Elle doit se faire chez tous les chiens qui vont à l’extérieur à partir de 8 semaines d’âge. Un rappel 3 à 4 semaines plus tard est nécessaire après la première dose et ensuite de façon annuelle. Étant donné la présence d’un très grand nombre de souches, on ne peut pas vacciner les chiens contre toutes les souches existantes. Les vaccins qu’on retrouve au Québec contiennent les 4 principales souches retrouvées dans la région.


  1. Comment l’humain peut-il contracter la leptospirose ?

La leptospirose peut se transmettre aux humains, cependant elle demeure encore très méconnue. Les symptômes ressemblent beaucoup à un syndrome grippal, ce qui fait qu’elle est très rarement diagnostiquée. Les gens peuvent souffrir de fièvre, de maux de tête, de frissons, de douleurs musculaires. Dans les cas plus sévères, on peut noter des vomissements, de la jaunisse, de l’anémie qui progressera vers une atteinte rénale ou hépatique.


L’urine contaminée est très contagieuse chez l’humain et les autres animaux.  Étant donné les risques, il est très important de respecter des règles d’hygiène strictes lorsqu’on manipule un animal qu’on soupçonne d’avoir la maladie. Il est recommandé de porter des gants, de bien se laver les mains et de bien désinfecter son environnement. Il faut aussi isoler l’animal pour éviter la contagion. Les personnes ayant été potentiellement en contact avec la maladie et souffrant de symptômes de la leptospirose devraient aviser rapidement leur médecin pour être pris en charge adéquatement.