Nous serons fermés lundi le 24 juin. Bonne fête nationale du Québec!

FeLV / FIV – La leucémie et le SIDA du chat. Deux maladies contagieuses souvent rencontrées chez nos chats.

FeLV / FIV – La leucémie et le SIDA du chat. Deux maladies contagieuses souvent rencontrées chez nos chats.

FeLV / FIV : Bien connaitre la leucémie féline et le SIDA du chat. Comment prévenir ces maladies ? Existe-t-il des traitements ? Sont-elles contagieuses ?

Selon les données de l’AAFP (American Association of Feline Practitioners), la leucémie féline FeLV et le sida félin FIV font partis des causes les plus fréquentes des maladies infectieuses et contagieuses chez les chats à travers le monde. Ces deux virus sont spécifiques aux chats et ne se transmettent pas aux autres espèces, ni aux humains.

Qu’est-ce que la Leucémie féline, aussi appelé FeLV ou virus de la leucémogène féline ?

La leucémie du chat, aussi appelé FeLV (Feline leukemia virus), est un virus qui affecte le système immunitaire de l’animal. Elle se transmet par les fluides corporels contaminés d’un chat porteur du virus. La principale source de contagion est la salive. Le virus se transmet aussi par les urines, le sang, le placenta et le lait maternel. Un chat porteur du virus de la leucémie peut transmettre la maladie en toilettant ou en jouant avec un autre chat ou par morsure. Plusieurs chats partageants leurs bols d’eau et de nourriture ainsi que les litières avec un chat positif peuvent se faire contaminer par le virus. Une femelle gestante le transmettra à ses bébés pendant la gestation ou lors de l’allaitement. L’environnement d’un chat leucémique n’est pas contaminé car le virus ne survit pas très longtemps à l’extérieur de l’animal. Un contact étroit et prolongé avec le virus augmentent les risques de contracter la maladie.

Comme avec plusieurs virus, si la réponse immunitaire du chat infecté est bonne, il est possible qu’il combatte la maladie et réussisse à l’éliminer. Certains chats resteront porteurs, mais ne développeront pas la maladie, par contre ils peuvent la transmettre. Ceux qui ont la forme latente pourrait la développer plus tard dans leur vie, lors de stress par exemple. Les chatons sont plus vulnérables et ont plus de chances de développer la maladie. Lors de la contraction du virus du FeLV, celui-ci ira se loger dans les tissus lymphoïdes et se multipliera. Si le système immunitaire de l’animal n’est pas assez fort pour l’éliminer, alors le virus envahira la moelle osseuse. À ce moment il infectera les globules blancs et les plaquettes et se promènera dans tous les organes de l’animal.

Quels sont les symptômes de la Leucémie féline /FeLV ?

 

Les symptômes de la maladie ne sont pas très spécifiques. Il peut y avoir de la fièvre, une baisse d’appétit, de l’abattement, une perte de poids et de la diarrhée. Selon les organes et les tissus atteints, d’autres symptômes pourraient apparaître. Une chatte leucémique gestante a plus de chances de faire un avortement ou les chatons naissants avec la maladie auront un haut taux de décès dans leurs premières semaines de vie. Les chats atteints du FeLV sont plus sujet aux infections chroniques et auront plus de chances de développer des cancers précoces. L’espérance de vie d’un chat leucémique ayant développé la maladie n’est pas très élevé.

Il existe un vaccin contre la leucémie féline. Si votre chat va à l’extérieur, vous pouvez en discuter avec votre vétérinaire.

Quelle est la différence entre la leucémie féline / FeLV et le SIDA félin, aussi appelé FIV ou virus d’immunodéficience féline ?

 

Le SIDA du chat, aussi appelé FIV (Feline Immunodeficiency Virus), est un virus qui se transmet par la salive et le sang. La contamination se fait généralement par des morsures ou  lors de l’accouplement. Les chats qui vont dehors et qui se bagarrent sont beaucoup plus à risque de contracter la maladie. Le FIV atteint principalement le système immunitaire, le chat sera plus susceptible aux infections, aura plus de difficulté à s’en débarrasser qu’un chat normal et les infections seront souvent récurrentes. Le virus du FIV ne survit que quelques minutes dans l’environnement, ce qui rend sa transmission par des objets ou le sol presque impossible. Si le chat porteur du FIV cohabite déjà avec d’autres chats et qu’ils s’entendent bien, le risque de transmission est possible, mais reste très rare. Il ne sera pas nécessaire de l’isoler des autres chats. Par contre, il n’est pas recommandé de l’intégrer à de nouveaux chats car le risque de conflits augmentent le risque de transmission.

Le SIDA / FIV du chat : caractéristiques et symptômes

Le temps d’incubation du virus est d’environ 1 à 3 mois. Durant cette phase, le chat pourrait faire de la fièvre, avoir une perte d’appétit et une augmentation de la taille des nœuds lymphatiques (ganglions). Certains chats n’auront aucun symptôme. Après cette phase, le chat deviendra séropositif et le virus tombera en latence. Cette période peut durer plusieurs années et le chat ne démontrera aucun signe de la maladie. Il est par contre contagieux pour les autres chats.
Lors d’un stress important ou suite à une autre maladie, le SIDA se réveillera et l’animal commencera à démontrer des signes de défaillance du système immunitaire. Les symptômes les plus fréquents sont des atteintes inflammatoires de la cavité orale tels
qu’une gingivite importante causant de la douleur, une mauvaise haleine ainsi que des ulcérations au niveau de la bouche et du visage.
Puisque l’animal sera plus fragile aux autres infections, nous verrons plus fréquemment des infections des voies respiratoires persistantes et difficiles à guérir ainsi que des infections du système digestif qui occasionneront des diarrhées. Il est hautement probable que le chat sidatique développe une anémie et une diminution des globules blancs.
Au Québec, aucun vaccin n’est considéré efficace contre la maladie

Leucémie / FeLV ou SIDA / FIV : Comment savoir  si mon chat est atteint ?

Un test sanguin rapide fait en clinique vétérinaire permet de détecter les deux virus dans le sang de l’animal. Si votre chat vient d’être en contact avec un animal contaminé ou si vous venez de l’adopter, il est possible que le résultat soit négatif. Dans ce cas, il est possible que nous recommandions de retester quelques mois plus tard afin de s’assurer que le test précédent n’était pas un faux négatif. Peut-être que l’animal n’avait pas encore eu le temps de développer le virus.

D’autre part, un chaton pourrait sortir positif au test du SIDA / FIV mais seulement parce qu’il aurait encore la présence d’anticorps maternels dans son sang. Dans ce cas-ci, aussi, un deuxième test serait recommandé, quelques mois plus tard, afin de déterminer si les anticorps présents faussaient les résultats ou si le chaton est vraiment atteint de la maladie.

En résumé, un chat porteur du SIDA ou du FIV devrait être gardé à l’intérieur en tout temps afin d’éviter qu’il transmette la maladie aux autres chats et pour diminuer le risque de contracter des infections secondaires.

Il n’existe aucun remède pour guérir de l’un ou l’autre des virus. Un animal ne démontrant pas de symptômes n’a pas besoin de traitements. Les soins seront donnés pour contrôler et soigner les infections secondaires à ces virus.

Un suivi régulier avec votre vétérinaire est fortement recommandé pour détecter rapidement les problèmes reliés aux deux maladies.